La FNATH en quelques chiffres

200 000 adhérents
depuis 1921
20 000 bénévoles
 

 
Plus sûre Plus juste Plus solidaire

200 euros pour une mère et son fils (05/03/2008)

caddie

 

Madame Charpentier, 48 ans, souffre d’une déficience visuelle évolutive. Elle a travaillé jusqu’en 1996 où elle a été licenciée pour inaptitude

Elle a été présidente de la section FNATH de Chaumont (Haute-Marne). Elle touche une pension d’invalidité de 2e catégorie équivalente à 457 euros nets par mois. Elle ne peut prétendre au complément de ressources et conserve l’ACTP qu’elle estime plus avantageuse pour elle.
Cela couvre notamment ses dépenses pour son chien guide. Elle touche un complément de 76 euros du Fonds spécial invalidité (FSI) et perçoit, dit-elle, une pension alimentaire de 76,22 euros ( ! ) pour son fils de 15 ans de la part de son ex-mari. « La Sécurité sociale se fie au jugement prononcé par le juge aux affaires familiales, même s’il y a manifestement défaut de paiement, elle n’en tient pas compte », constate-t-elle amèrement. Grâce à l’APL, elle a pu obtenir un logement « plus ou moins » adapté qui lui coûte au final 200 euros par mois. « Il nous reste donc environ 200 euros pour moi et pour mon fils pour les dépenses du mois. »

La Fnath Mentions légales Nous contacter