Dans le cadre de l’observatoire mis en place par la FNATH avec l’Agefiph, nous recevons des parcours et des témoignages.

Ce mois-ci, nous mettons l’accent sur la reconnaissance de la qualité de travailleurs handicapés, qui constitue pour de nombreuses personnes un « objet non identifié ».

Longueur des réponses de la Mdph

Au-delà des conditions à remplir, c’est la longueur des réponses des MDPH qui suscite énormément de retour, mais aussi un sentiment d’injustice, certains estimant ne pas avoir obtenu un poste pour cette raison.

« Quel est le délai pour obtenir le renouvellement de la RQTH ? Mon employeur s’impatiente. »

« J’ai fait une demande de RQTH en juin, je n’ai toujours pas de réponse en décembre, Pôle emploi s’impatiente de son côté. »

« J’ai fait une demande de RQTH en septembre, je n’ai toujours pas de réponse (janvier), c’est difficile de rester motivé. »

« Une entreprise cherchait un travailleur handicapé, le temps d’avoir ma réponse de la MDPH, le poste était pourvu. »

 A quoi sert la RQTH?

La plupart du temps, ils ont entendu parler de la RQTH sans pour autant qu’on leur explique en quoi celle-ci peut les aider. Nos référents emploi ont donc passé beaucoup de temps à expliquer à la quasi-totalité des personnes que nous avons pu accompagner dans le cadre de cette convention les objectifs de la RQTH, les conditions d’octroi et les droits (ou l’absence de droits) qu’elle confère.

« Le Médecin conseil de la CPAM m’a demandé de remplir un dossier MDPH pour obtenir une RQTH, sans plus d’explication. J’étais inquiet des conséquences et ne savais pas du tout comment cela pouvait me servir. »

Cela aboutit à ce qu’un certain nombre des bénéficiaires de la RQTH donnent finalement à cette reconnaissance administrative un rôle qu’elle ne joue pas. Nombre d’entre eux s’imaginent soit que cela va leur permettre de trouver facilement du travail, soit qu’ils ne pourront pas être licenciés en raison de leur statut de travailleur handicapé.

« Une femme de 53 ans a été licenciée pour inaptitude, car son employeur ne pouvait pas lui proposer un autre poste. Elle était étonnée de ce licenciement car elle pensait que la RQTH la protégeait. »

« Une femme de 23 ans, tumeur au cerveau, souhaite la RQTH pour trouver un emploi adapté »

« Est-on protégé du licenciement ? Le statut de travailleur handicapé assure-t-il le maintien dans l’emploi ? Le reclassement est-il une obligation pour l’employeur face à un travailleur en situation de handicap? »

« 36 ans, 17 ans d’ancienneté. Travaille dans une grande surface, multitâches après un congé parental. A des problèmes de dos et genoux. Il a pensé qu’avec a RQTH allait avoir un reclassement ou un aménagement d’horaires. Ne savait pas que l’avis du médecin du travail était prépondérant. »

La question de l’intérêt de cette RQTH pour l’employeur est également posée par de nombreux travailleurs handicapés, qui souhaitent trouver un emploi et ainsi la présenter de manière positive.

« Une dame de 45 ans, qui exerçait le métier d’agent d’entretien, actuellement âgée de 45 ans. a eu des problèmes de dos très graves. Elle doit envisager une reconversion professionnelle à la suite de la déclaration en inaptitude et de son licenciement par ses trois employeurs (deux particuliers et une association). Elle a fait des stages et souhaite exercer le métier d’ATSEM. Lorsqu’elle va postuler et avoir des entretiens d’embauche, elle hésite à parler de son problème de santé et de sa RQTH, car elle a peur de ne pas être retenue. Aussi, elle voulait connaître les avantages de cette RQTH pour elle et pour son futur employeur. »

Faut-il la communiquer ?

Enfin, les bénéficiaires de la RQTH s’interrogent beaucoup sur la nécessité de communiquer cette reconnaissance à leur employeur que ce soit lors d’un entretien ou en emploi.

« Le médecin du travail va-t-il en parler à mon employeur ? »

« Faut-il que je l’annonce à mon employeur lors de l’entretien d’embauche ou sur mon CV ? »

« Je suis à la recherche d’un emploi. J’ai 35 ans, et quand je postule à un emploi, je préfère ne pas dire que je suis travailleur handicapé, j’ai peur que ça me pénalise par rapport aux autres candidats. » « Moi, au contraire c’est la qualité de travailleur handicapé qui m’a permis d’obtenir mon contrat dans une commune. »