Dernières actualités

Vendredi 18 novembre 2022, Me. Christophe Lèguevaques était l’invité du journal de France-Info. Il répondait aux questions concernant les respirateurs Philips

Affaire des respirateurs Philips : des documents accablants transmis à la justice française

Respiratorgate : Une action collective contre les respirateurs défectueux du fabricant Philips Avec Christophe Lèguevaques, Avocat au Barreau de Paris, spécialiste des actions collectives

Respirateurs Philips : « Pour aller plus vite, nous allons lancer une procédure civile pour défaut d’information », annonce l’avocat des victimes

396 000 utilisateurs chaque jours

Plus de 396 000 personnes souffrant d’apnée du sommeil ou nécessitant une assistance respiratoire utilisent tous les jours à leur domicile un appareil de ventilation Philips. Des études prouvent que la mousse isolante, à base de polyuréthanes, tend à se désagréger.

Le respirateur propulse alors des poussières microscopiques de plastique au plus profond du poumon, source d’un risque potentiellement cancérigène lié à la dégradation de la mousse insonorisante des appareils.

En France, ce sont plus de 396 000 appareils destinés aux personnes souffrant d’apnée du sommeil ou nécessitant une assistance respiratoire (370 000 personnes équipées d’appareils de PPC et 26 000 personnes équipées d’une VMI sont concernées).

Un respirateur est un dispositif médical présentant une certification « CE » et contrôlé par l’ANSM (agence nationale de sécurité des médicaments et des dispositifs médicaux).

Une mousse de polyuréthanes qui peut être cancérigène.

Le 14 juin 2021, Philips lance un rappel de ses appareils d’aide respiratoire, potentiellement dangereux pour la santé. Ce que ne dit pas Philips dans son information du public c’est que la mousse de polyuréthanes peut être cancérigène.

La majorité des utilisateurs de ces respirateurs potentiellement dangereux n’est pas informée de la situation.

Entre le 14 juin 2021 et janvier 2022, l’information circule mal et la très grande majorité des utilisateurs de ces respirateurs potentiellement dangereux n’est pas informée de la situation. Ainsi, on peut d’ores et déjà constater que PHILIPS a omis de mener une grande campagne pour informer le public.

Au point que l’ANSM constate le 7 février 2022 que 93 % des appareils potentiellement dangereux sont toujours en circulation. L’ANSM impose à PHILIPS de changer au moins 75 % des respirateurs avant le 30 juin 2022.

Un manque de diligence de la part de PHILIPS

Ce manque de diligence de la part de PHILIPS parait surprenant voire critiquable.

Pour cette raison la FNATH a décidé d’intervenir volontairement dans la procédure engagée contre PHILIPS par la FFAAIR (Fédération des Associations et Amicales des Malades Insuffisants ou Handicapés Respiratoires) à l’encontre de PHILIPS par l’intermédiaire de Maître Christophe Lèguevaques, Avocat.

Pour tout renseignement et suivre l’évolution de la procédure : https://www.myleo.legal/fr/products/respiratorgate