La FNATH, qui n’a pas la mémoire courte, rappelle que cette situation excédentaire s’est construite, depuis 2004, au prix d’une augmentation du reste à charge sans commune mesure pour les usagers de la santé :

  • les franchises médicales qui n’ont jamais été remises en cause par les gouvernements successifs,
  • les multiples déremboursements,
  • la sortie des ALD de certaines pathologies comme l’hypertension artérielle,
  • l’explosion non maîtrisée à ce jour des dépassements d’honoraires
  • l’augmentation du prix des mutuelles avec un mécanisme d’aide à une complémentaire santé inefficace,
  • les pensions d’invalidité dont le niveau est ridiculement bas…

Par ailleurs, les victimes du travail ne bénéficient toujours pas d’une indemnisation comparable à celle des autres victimes d’un dommage corporel dans un contexte, au surplus, de sous déclaration massive des accidents du travail et des maladies professionnelles et de dégradations importantes des conditions de travail, alors que la branche est excédentaire depuis de nombreuses années.

Pour la FNATH, la Collectivité doit maintenant rendre à ceux qui ont payé le tribut le plus important au rétablissement des comptes de la Sécurité sociale.

Lire le communiqué de presse : « Rétablissement des comptes de la Sécurité sociale. Qui a payé la note depuis 10 ans ?« 

Découvrez nos derniers communiqués de presse

https://www.fnath.org/wp-content/uploads/2024/06/AdobeStock_749935077.jpeg

Polluants éternels : dans la vallée du Rhône, un scandale sanitaire passé sous silence

Découvrir
https://www.fnath.org/wp-content/uploads/2018/07/AdobeStock_141859061.jpeg

Elections législatives : La FNATH fidèle aux valeurs humanistes

Découvrir
https://www.fnath.org/wp-content/uploads/2020/04/Indemnisationintegrale.jpg

ACCIDENT DE TRAVAIL ET MALADIE PROFESSIONNELLE. Amélioration de l’indemnisation : a Cour de cassation persiste et signe !

Découvrir