• Alors qu’il n’y a jamais eu autant d’apprentis en France, les personnes en situation de handicap doivent avoir les mêmes chances d’accéder à l’apprentissage.
  • Aujourd’hui, ils ne sont que 4 000 apprentis en situation de handicap à entrer chaque année dans l’apprentissage (soit 1,3% sur 305 000 entrées).
  • A l’occasion de leur déplacement, aujourd’hui, au centre de formation des apprentis École d’horticulture d’Orléans « CFA La Mouillère », Muriel PÉNICAUD, Ministre du Travail et Sophie CLUZEL, Secrétaire d’État chargée des personnes handicapées ont annoncé des mesures pour développer l’apprentissage au service des parcours des personnes en situation de handicap.
  1. Un référent handicap dans 100% des CFA

    Depuis le 1er janvier 2019, chacun des 965 centres de formation des apprentis en France a l’obligation de nommer un référent handicap. Son rôle est de favoriser ces parcours auprès des jeunes en situation de handicap, de leur remettre réussir leur apprentissage puis d’accéder à un emploi dans les meilleures conditions.
    Une fiche métier du référent handicap des CFA a été conçue pour asseoir cette mission et son déploiement, faciliter le recrutement et le management de ces référents mais également de favoriser leur parcours auprès des jeunes. Elle a été réalisée dans le cadre de la concertation pour rénover l’offre de services d’appui aux personnes et aux employeurs.

  2. La mise en accessibilité universelle des CFA

    L’accessibilité universelle des CFA consiste à mettre les équipes en capacité d’accueillir et de former des personnes en situation de handicap, notamment avec l’appui du référent handicap.
    Un référentiel d’accessibilité universel a été élaboré afin de guider les CFA dans cette démarche d’amélioration, de définir la politique d’accueil de ces publics et d’identifier les axes d’amélioration à prendre en compte.

  3. La majoration du coût contrat pour les apprentis handicapés

    La loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel prévoit une majoration du niveau de prise en charge des contrats d’apprentissage pour les personnes en situation de handicap.
    Un outil de calcul a été travaillé avec l’association pour l’apprentissage adapté des personnes handicapées (2APH) et le Ministère du Travail, pour permettre aux CFA d‘évaluer le coût des actions nécessaires pour mettre en place un parcours de formation pour un apprenti handicapé et ainsi faciliter sa prise en charge par les Opérateurs de Compétences (OPCO). Le cas échéant, l’Agefiph peut compléter l’intervention financière forfaitaire de l’OPCO. Le budget est à hauteur de 20 millions d’euros par an, répartis entre les OPCO et France Compétences. Le suivi est réalisé par les OPCO, France Compétences et l’Agefiph.

  4. L’accompagnement des personnes et des employeurs par l’Agefiph et le FIPHFP

    Afin d’accompagner l’élaboration des parcours d’accès à l’emploi des personnes en situation de handicap, l’Agefiph et la FIPHFP travaillent sur une offre d’intervention commune sur les territoires, pour :

  • Contribuer à informer, former et animer les référents apprentissage des CFA.
  • Mutualiser les outils de développement de la compensation et de l’accessibilité.
  • Créer des plateformes de prêt de matériel communes afin de mutualiser les réponses aux besoins.
  • Créer un « vivier » commun d’employeurs publics et privés pour la mise en relation avec des apprentis via les CFA.
  • Co-construire des ateliers de professionnalisation sur le sujet Handicap-Emploi-Formation.

Le référent « Handicap – Formation » de l’Agefiph sera le correspondant des référents apprentissage des CFA dans chaque région.

Muriel Pénicaud, ministre du Travail
« Faciliter et favoriser l’accès à l’apprentissage des jeunes en situation de handicap est une nécessité. L’accès aux compétences puis à l’emploi des jeunes handicapés est notre volonté. Alors même qu’une entreprise sur deux a des difficultés pour recruter, les personnes en situation de handicap sont une source de valeur pour notre pays. Il faut changer de regard et d’échelle ».

Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées
« L’objectif est de donner un véritable coup d’accélérateur à l’accès des personnes handicapées à l’emploi, notamment par la voie de l’apprentissage. Il s’agit maintenant de mettre les capacités et les atouts des jeunes au centre de notre projet de société du vivre ensemble ».

Découvrez nos derniers communiqués de presse

https://www.fnath.org/wp-content/uploads/2019/11/SANTE-AU-TRAVAIL-Stress.jpg

PLFSS pour 2020 : Baisse programmée du pouvoir d’achat !

Découvrir
https://www.fnath.org/wp-content/uploads/2019/11/AdobeStock_240067527.jpeg

PLFSS pour 2020 : Sale temps pour les accidentés du travail !

Découvrir
https://www.fnath.org/wp-content/uploads/2018/06/2148207.jpg

Développer l’apprentissage des personnes handicapées

Découvrir