La FNATH en quelques chiffres

200 000 adhérents
depuis 1921
20 000 bénévoles
 

 
Plus sûre Plus juste Plus solidaire

Faire reconnaître une maladie professionnelle (24/05/2012)

Zeineb a travaillé comme secrétaire médical. Pendant des années, elle a travaillé sur des machines d’imprimerie contenant des produits toxiques. Maux de tête, problèmes respiratoires… Aujourd’hui, elle a réussi à faire reconnaître sa maladie professionnelle. Comment sait-on que le travail est en cause ? Que peut-on obtenir en réparation d’une maladie professionnelle ?

Vous pouvez écouter ce témoignage ICI

Malade du cancer, il se retourne contre la Fonderie Alu

Les produits utilisés par Jean-Jacques Charaudeau dans le cadre de son travail à la Fonderie Alu sont-ils responsables de son cancer ? Malade du cancer depuis fin 2007, Jean-Jacques Charaudeau, ouvrier a la Fonderie du Poitou Aluminium a Ingrandes-sur-Vienne, ne travaillait plus depuis trois ans « Au bout de trois ans, le médecin-conseil m'a dit qu'il fallait quitter l'entreprise pour que je puisse toucher la pension d'invalidité », raconte-t-il II a été licencie le 21 janvier dernier, déclare « inapte a tout poste sur tous les sites et tout le Châtelleraudais » II a touche 16400 € d'indemnités, selon lui « On m'a paye tout ce qu'on me devait », admet-il « Mais pas plus ' », déplore-t-il...

«Actuellement, en pension d'invalidité, je touche 963 € par mois Ça ne va pas chercher loin (NDLR son salaire était de 1300-1400 € nets par mois) ! » Une procédure en cours et bientôt deux II n'a pas apprécie non plus la façon dont ça s'est passe « Ce n'était pas humain ! » L'impression d'avoir été jeté comme un malpropre par son entreprise, ou il a pourtant travaille durant 23 ans Mais surtout, ce qu'il reproche a la FDPA, c'est de l'avoir expose a certains produits, responsables de sa maladie d'après lui Et, aujourd'hui, il lui demande des comptes ! Pendant pratiquement toute sa carrière dans l'entreprise, Jean-Jacques Charaudeau, qui était aussi délègue CGT les dernières années, était charge de « faire les parties creuses dans les culasses » Pour lui, sa maladie « vient des produits » Ceux qu'il était amené a utiliser dans le cadre de son travail Notamment, selon lui, le benzène (même si la direction affirme qu'on n'en a jamais utilise a la FDPA) et le formol Et il
« demande a ce que ça soit reconnu maladie professionnelle »
Pour ce faire, il a confie l'affaire a la Fnath (Fédération nationale des accidentes du travail) a Poitiers, qui « a engage une procédure de recherche de maladie professionnelle due a une exposition a plusieurs produits toxiques » « C'est une procédure qui est engagée vis-a-vis de la Secunte sociale et son entreprise, précise le conseiller juridique de l'association Aiman Madmouj On va essayer de montrer qu'il y a un lien de causalité entre son cancer et son exposition a des produits toxiques Ça se plaidera devant le tribunal des affaires de Secunte sociale a Poitiers le 1er mars » Accessoirement, l'ancien ouvner va aussi attaquer l'entreprise aux Prud'hommes pour « licenciement abusif » « Rien ne prouve qu'ils ont cherche a me reclasser !
»

La Fnath Mentions légales Nous contacter