La FNATH en quelques chiffres

200 000 adhérents
depuis 1921
20 000 bénévoles
 

 
Plus sûre Plus juste Plus solidaire

Christian A. (29/02/2012)

Alors qu'il est un jeune papa, qu'il exerce le métier de maçon, Christian A. est victime d'un très grave accident du travail. Plusieurs heures enseveli sous les gravats d'une maison sur un chantier où il travaillait,un coma qui va durer, 18 mois d'hôpital, une incapacité reconnue à 80%: voilà de quoi marquer une vie, à jamais, d'autant que son ami d'enfance décède dans ce dramatique accident du travail. C'est en 1982, suite à cet accident, qu'il pousse pour la première fois la porte de la FNATH. Depuis, cette porte, il ne l'a jamais refermée. Car il fait partie de ces gens qui ne se contentent pas de prendre, il est avant tout aujourd'hui de ceux qui donnent. 

 Alors, oui, la FNATH, il en a eu besoin lorsque l'heure de la reconnaissance de ses droits est arrivée, mais combien de services a-t-il rendu depuis? Qu'importe, il ne le fait pas pour tracer des bâtonnets sur une feuille; s'il sait se montrer aussi disponible, c'est pour venir en aide à celles et ceux qui ont besoin d'être guides dans leurs démarches, dans l'établissement de leurs droits. «Souvent, les gens arrivent, ils sont perdus. La première chose, c'est de tout mettre à plat avec eux. Notre rôle est de les guider dans des droits qu'ils ne connaissent pas toujours. En plus, dans l'esprit des gens, nous ne nous occupons que des victirnes d'accidents du travail, alors qu'en réalité, notre vocation est de nous tourner vers les accidentés de la vie».
Christian A. ne manque jamais un rendez-vous de permanence, chaque 2ème mardi du mois à Jean-Monnet, et reste très disponible en dehors, soit chez lui, soit en se rendant au domicile des personnes. En plus d'être responsable du comité de Casteljaloux, il est vice-président de la Fédération départementale
.

La Fnath Mentions légales Nous contacter